Apprécier ce que mon corps a donné malgré ses limites avec la fibromyalgie

Mar Visser

J’ai récemment rencontré le fabuleux mouvement d’acceptation de soi, Stylelikeu , créé par un duo mère-fille, Elisa Goodkind et Lily Mandelbaum. Dans une série de mini-documentaires, une série de personnes se pose des questions sur elles-mêmes au moment de se déshabiller. C’est honnête, parfois cru, regardez ce qui nous fait nous sentir aimés, acceptés, puissants et beaux.

Cela m’a amené à réfléchir à la manière dont je pourrais appliquer ce que j’ai appris de ce groupe très disparate à mon propre corps – non seulement les imperfections causées par l’âge et la vie, mais aussi les limitations que je subis en raison de la fibromyalgie , de la fatigue chronique et maux de tête quotidiens. Comment pourrais-je aller de l’avant en aimant et en appréciant un corps que j’ai fini par considérer comme brisé? Comment puis-je changer ma déception face aux défaillances de mon corps et la transformer en appréciation?

Il est facile de tomber dans une liste quotidienne de la défaillance de mon corps. Ce n’est pas quelque chose d’intention de la part des personnes atteintes de fibromyalgie. C’est juste que notre douleur se modifie et se déplace autour du corps de manière inattendue, donc je suis au moins toujours un peu surpris. Après des semaines de douleurs aux hanches et aux fessiers, cela va soudainement diminuer et mes pieds vont soudainement sentir comme si j’avais contracté des muscles étranges, ou mes mains deviendraient très raides et douloureuses.

L’appréciation de mon corps se perd dans cette réaction quotidienne: c’est ce qui me fait mal aujourd’hui et comment je vais le gérer.

J’ai décidé de vraiment réfléchir à ce que ce corps a donné malgré ses limites – et quand on y pense de cette façon, c’est vraiment un peu un champion.

Je me souviens de mes symptômes de fibromyalgie apparus au début de mon adolescence. Je ne me suis jamais vraiment senti bien depuis le moment où j’ai eu ma première migraine à l’âge de 14 ans. Pourtant, dans ma vie, j’ai réussi à m’intégrer énormément.

Je suis devenu chanteur. Je suis allé à l’université pour étudier l’opéra et malgré les difficultés respiratoires, c’était l’un des meilleurs chanteurs de mon année. J’ai joué un rôle incroyablement difficile et je l’ai très bien fait. Je dois chanter avec un orchestre professionnel. C’était fabuleux.

J’ai voyagé. À l’âge de 20 ans, mon mari et moi sommes allés en Équateur pendant trois mois avant de faire deux courts séjours au Mexique. Les trois voyages ont nécessité des randonnées incroyablement longues et difficiles que je me suis efforcé de réaliser. Nous vivions à Toronto, en Ontario à l’époque, et faire une promenade de trois ou quatre heures était une activité typique du week-end pour nous. J’ai adoré marcher. La douleur se manifestait lorsque j’essayais de faire du vélo, mais je pouvais marcher pendant des kilomètres.

J’ai donné naissance à deux enfants en bonne santé et mon cerveau disposait de la créativité et de mon corps assez d’énergie pour les assumer, malgré tous les hauts et les bas, les épreuves, les frayeurs et les difficultés associées au fait d’être parent.

En tant que parent, nous avons fait trois voyages de plus avec davantage de marche et mon corps a continué. Je me souviens que mes pieds me faisaient vraiment mal à San Francisco et que j’ai vraiment lutté à Londres et à Paris, mais j’ai réussi. À 49 ans, je ne peux plus ignorer mon corps. Cependant, dans une vie où je passe la plupart de mes jours à diviser mon temps entre petites courses et repos, où je dois engager quelqu’un pour nettoyer la maison.

Je peux me comparer aux autres qui continuent à travailler, qui ont eu une meilleure carrière, qui sont plus actifs. Mais regarde combien je dois faire! Regardez ce que ce corps a réalisé!

Ce corps a travaillé très dur pour moi malgré toutes ses maladies et m’a amené à cet endroit où je peux regarder et dire: «J’aime ma vie. J’aime qui je suis. “

En regardant en arrière, avant d’avoir reçu un diagnostic, je savais que les signes étaient là, que mes luttes étaient un avertissement inouï que mon corps se déchirait. La société exige de toujours travailler plus fort, d’être mieux, d’être à la hauteur d’un standard qui est devenu de plus en plus inaccessible. Je ne savais pas ce qui m’arrivait et l’avertissement a donc été perdu.

Alors maintenant, j’écoute du mieux que je peux. Je me couche sur le canapé malgré la cuisine pleine de vaisselle sale, car je sens les doigts de la fatigue me tirer. Je m’assieds même si ma tâche n’est qu’à moitié accomplie car mes pieds commencent à me faire mal. J’ai choisi de ne pas faire cette promenade parce que mon corps me fait mal. Je choisis de laisser mes enfants manger des céréales pour le dîner car la pensée de cuisiner me donne envie de pleurer et il doit y avoir une raison à cela. Je ne quitte pas la maison parce que ma peau me fait mal. Et, dans ces semaines où je ne peux pas du tout me lever du lit, c’est ce que je fais.

La beauté de mon corps réside dans son histoire, son présent et son avenir. Donc, plutôt que de haïr mon corps pour ces limitations, j’essaie vraiment de l’apprécier pour toute la force dont il disposait pour me porter dans toutes mes aventures. Je lui suis reconnaissant aujourd’hui de m’avoir donné suffisamment d’énergie pour être présent pour ma famille. Et maintenant, je m’en occupe plus tendrement, pour lui permettre de me porter du mieux possible.

Loading...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *