Effet de la sérotonine sur les vaisseaux sanguins dans la fibromyalgie et le SFC

Par  Adrienne Dellwo

Nous entendons beaucoup parler de faible sérotonine dans la fibromyalgie (FMS) et le syndrome de fatigue chronique (ME / SFC), et c’est généralement en relation avec sa fonction de neurotransmetteur (messager chimique dans le cerveau). Cependant, la sérotonine est également occupée partout dans le monde. reste de votre corps comme une hormone. On pense que la dérégulation de la sérotonine à l’échelle du corps fait également partie de ces conditions, et elle pourrait contribuer à bon nombre de nos symptômes et conditions qui se chevauchent.

Le nom  sérotonine  est lié au  sérum,  qui est un composant du sang. C’est parce que sa première fonction connue était de rétrécir les vaisseaux sanguins. Les chercheurs ont noté des irrégularités dans le flux sanguin dans ces deux conditions:

  • Dans le FMS, la recherche montre des schémas de circulation sanguine anormaux dans le cerveau, avec plus que la normale dans certaines zones et moins que la normale dans d’autres. Nous n’en connaissons pas les effets spécifiques, mais les chercheurs savent que la circulation sanguine a un impact significatif sur la fonction cérébrale.
  • Toujours dans le syndrome de la fibromyalgie, certains chercheurs théorisent que les horribles douleurs brûlantes que nous ressentons sont dues à une ischémie (altération du flux sanguin), ce qui signifie essentiellement que la zone «s’endort» puis reçoit ces épingles et aiguilles douloureuses lorsque le sang, et donc la sensation, revient. .
  • Dans l’EM / SFC et dans une moindre mesure dans le FMS, certaines recherches ont montré un faible volume sanguin, ce qui se traduit par des cellules qui manquent d’oxygène et de nutriments. Imaginez être à une altitude élevée et avoir du mal à reprendre votre souffle. Imaginez maintenant que vous n’avez pas non plus mangé de la journée. C’est ce que chaque cellule de votre corps peut traverser.

À ce stade, nous n’avons pas de recherche sur la relation possible entre le dysfonctionnement de la sérotonine et ces irrégularités spécifiques, mais c’est certainement une connexion qui semble logique.

La relation entre la sérotonine et la fibromyalgie n’est pas entièrement comprise mais semble assez simple. Ce n’est pas le cas pour ME / CFS. C’est un domaine dans lequel nous devons examiner les conditions séparément.

Fibromyalgie et sérotonine

L’une des découvertes les plus cohérentes dans le FMS est une faible sérotonine. Il est possible que nos corps ne produisent pas assez, qu’ils ne l’utilisent pas correctement, ou les deux. Beaucoup d’entre nous sont aidés par le supplément 5-HTP (tryptophane), que notre corps utilise pour créer de la sérotonine. Certains d’entre nous sont aidés par des aliments qui augmentent la sérotonine. La plupart des médicaments utilisés pour nous traiter modifient la façon dont notre cerveau utilise la sérotonine afin d’en rendre davantage disponible.

Un faible taux de sérotonine est également lié à la migraine, qui est considérée comme une affection connexe. Dans les migraines, un faible taux de sérotonine provoque la dilatation des vaisseaux sanguins (grands ouverts), ce qui provoque une inflammation des tissus environnants. Cela crée beaucoup de pression et entraîne une douleur lancinante. La douleur FMS n’est pas exactement la même que la douleur migraineuse, mais il est théorisé que des mécanismes similaires peuvent être impliqués.

Ensuite, considérez ceci: nous avons tous un ensemble secondaire de nerfs sur nos vaisseaux sanguins et nos glandes sudoripares qui traite principalement du volume sanguin et de la sueur. Une recherche publiée fin 2009 a révélé que, au moins chez certaines personnes, ces nerfs semblent également transmettre des informations sur la température.

Les chercheurs émettent l’hypothèse que ces nerfs souvent ignorés peuvent jouer un rôle dans les états douloureux, notamment le syndrome de la fibromyalgie et la migraine. Cela a beaucoup de sens, car nous avons des problèmes de circulation sanguine et une transpiration excessive en plus d’une sensibilité à la température et d’une réponse à la douleur accrue. L’hypersensibilité de ces nerfs pourrait également aider à expliquer pourquoi l’ischémie pourrait entraîner une douleur aussi intense.

Syndrome de fatigue chronique et sérotonine

Ensuite, il y a ME / CFS. La croyance commune est que, comme le FMS, il implique un faible taux de sérotonine. Les symptômes sont cohérents. Le fait que les traitements ayant un impact sur la sérotonine fonctionnent pour certaines personnes atteintes de cette maladie apporte également un soutien.

Cependant, ce n’est pas si simple. En fait, essayer de comprendre le rôle de la sérotonine dans cette condition suffit à court-circuiter chacune de vos cellules cérébrales.

Nous avons des preuves montrant que le système de création de sérotonine est en surmultiplication, et certains montrent deux sous-groupes à base de sérotonine – l’un avec des niveaux élevés, l’autre avec des niveaux normaux. On pourrait penser que cela signifierait que, au moins pour le premier sous-groupe, nous aurions besoin de  réduire  les niveaux de sérotonine. Comme d’habitude, ME / CFS est déterminé à défier la logique.

C’est parce que nous avons également des preuves montrant une faible transmission du signal lié à la sérotonine dans le système nerveux central. La condition semble présenter une production hyperactive   mais une fonction faible  .

Le corps produit-il un supplément pour compenser une altération de son utilisation, comme un diabétique de type 2 qui a besoin d’un supplément d’insuline pour continuer à fonctionner normalement? Si tel est le cas, certaines zones sont-elles inondées de trop de sérotonine alors que d’autres sont privées? Est-ce que trop de sérotonine resserre les vaisseaux sanguins pour que le sang ne puisse pas circuler correctement?

Nous n’avons pas encore de réponses, et la recherche pourrait bien être brouillée par le manque de sous-groupes appropriés et cohérents, malgré les recherches suggérant que plusieurs sous-groupes existent et sont très différents les uns des autres. Cela pourrait certainement expliquer les différences dans la façon dont les personnes atteintes d’EM / SFC réagissent aux traitements affectant la sérotonine, ce qui rend l’identification des sous-groupes d’autant plus importante.

Loading...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *